Accueil

De Wikidrone
Révision datée du 1 mai 2017 à 21:07 par AnnemarieP (discussion | contributions) (lien)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bienvenue sur la page de WikiDrone.

Un drone est un aéronef inhabité humainement, capable de s'élever et de se déplacer en altitude. Autonome ou télé-piloté, ses différentes utilisations sont variées. Les drones sont généralement équipés d'un système de prise de vue afin de prendre des photos ou des vidéos. Ses possibilités de déplacement dans les airs permettent des prises de vues inédites.

Les capacités de l'appareil sont variables en fonction de sa taille, sa masse et son équipement. Les drones peuvent accomplir des vols de très courte durée, jusqu'à plusieurs heures. Certains modèles permettent même des vols sans arrêt. (voir la section Un outil au service de l'actualité médiatique)

Le mot «drone» provient de l'anglais dans lequel les expressions «vol de bourdon» ou «faux-bourdon» s'expriment ainsi. Le bruit émis par l'appareil fait donc référence au bourdonnement de cet insecte. Les moteurs des premiers appareils étaient d'ailleurs très sonores alors que les nouveaux modèles sont de moins en moins audibles. La morphologie du drone fait également référence au bourdon, grâce à l'abdomen et aux pattes [1]. Étymologiquement parlant, il est à noter qu'en français, le terme peut être employé pour désigner des véhicules aériens, terrestres, de surface ou sous-marins. [2]

Historique des drones

Technologie aujourd'hui à l'aube de l'ubiquité, les drones ont connu depuis longtemps leur large part d'essais et de progrès incrémentaux. Les premières expérimentations de Samuel P. Langley, de Nikola Tesla ou les frères Wright, dès le XIXe siècle, auront fourni les connaissances et l'inspiration nécessaires au développement technique et théorique des drones qui, aujourd'hui, sont déjà très développés au niveau militaire et progressent rapidement au niveau civil.

L'origine du développement

L’origine du développement des drones que nous connaissons aujourd’hui se rapporte à des usages militaires. L’objectif de ce développement militaire reposait sur des missions de reconnaissance, de surveillance et d’attaques ciblées. C’est à la fin de la Première Guerre mondiale que l’armée américaine et la NAVY ont investi pour le développement et la fabrication de drones. Le premier drone fonctionnel développé à des fins militaires vit le jour en 1918, sous la direction de Orville Wright et Charles F. Kettering. Ce dernier contribua notamment au développement du Kettering Bug, un projet expérimental télécommandé par télégraphie sans-fil. Il est à noter qu’aujourd’hui, le Kettering Bug est catégorisé comme un missile à tête chercheuse plutôt qu'un drone. Cependant, il s’agissait tout de même d’un appareil aérien contrôlé sans pilote. Ce projet mené par Kettering a été utilisé à des fins de combat seulement. Ce n’est que vers les années 1950 que le premier drone ayant la capacité de revenir d’une mission avec succès a été développé. [3] [4] [5]

À partir des années 2010, le développement du marché civil a été sujet à une importante expansion. La raison d’un tel engouement pour ce marché repose sur le désir des usagers de se procurer un drone abordable, miniaturisé et accessible aux novices. [6]

Fonctionnement

Les drones ont généralement quatre ou six hélices. Les hélices sont à pas fixe, l’angle d’inclinaison est constant. Celles-ci ont une rotation inversée en alternance. Ainsi lorsque les moteurs tournent à la même vitesse, l’appareil effectue un vol stationnaire. Pour avancer, la vitesse des moteurs avant est réduite, il en va de même pour reculer, la vitesse des moteurs arrière est réduite. Le même principe s’applique pour déplacer l’appareil à gauche et à droite. Pour que l’appareil tourne, la vitesse des moteurs sur un même axe est augmentée. Une paire d’hélices sur un même axe tourne dans le même sens, lorsque la vitesse de cette paire est augmentée l’appareil effectue une rotation dans ce sens.

Comment s'initier aux drones?

Plateformes de partage

De nombreuses communautés passionnées par les drones existent sous forme de plateformes web. Les débutants peuvent y trouver des guides introductifs très complets, des tutoriels pour commencer ainsi que des règles de base à respecter. Les plus expérimentés peuvent échanger des trucs et astuces ou obtenir de l'aide pour régler des problèmes plus complexes. Réunissant des forums, des blogues et du contenu open-source, ces communautés de partage et d'échange sont l'une des principales raisons de la hausse de popularité récente des drones amateurs.

Les centres d'expertises

Il existe des centres d'expertises spécifiquement dédiés aux drones dont le CED (Centre d'excellence sur les drones), un organisme à but non lucratif situé au Saguenay-Lac Saint-Jean, lequel a été inauguré en 2011. Ce centre à vocation civile et commerciale est un des leaders mondiaux dans le domaine. Il a pour objectif le développement d'un centre de services et d'innovation relatif à la conception, aux applications et à l'exploitation des drones. Ce centre détient une renommée nationale et internationale et son siège social est situé à l'aéroport d'Alma.

160530 1j7qf centre excellence drones alma sn635.jpg


http://cedalma.com

Livres

Même si beaucoup d'ouvrages sur les drones se concentrent principalement sur leurs usages militaires, quelques-uns se consacrent également à guider les curieux qui veulent s'introduire aux UAV domestiques. Voici quelques-uns d'entre eux, triés sur le volet par le Center for the Study of the Drone du Collège Bard [7]:

Fichier:The Drones Book Fourth Edition.jpg
The Drones Book Fourth Edition par Future Publishing Limited

Revue

The Drones Book Fourth Edition par Future Publishing Ltd

Débutants

Avancé

Principes aéronautiques et physiques

- Théorie de Froude pour un drone à une hélice

- Théorie de Glauert pour des hélices contrarotatives

consulté le a mars 2016, [[1]]

Types de drones

Il existe plusieurs types de drones, tous dédiés à des applications différentes qui nécessitent le pilotage à distance et automatique.

Anatomie du drone

Les types de châssis

La composante première d'un drone, celle qui supporte toutes les autres, est le châssis. Celui-ci peut être fabriqué avec différents matériaux et peut surtout prendre des formes différentes (nombre de bras) selon le besoin, la stabilité désirée, ou encore le coût recherché. Les différents types de châssis ont tous leurs avantages, leurs inconvénients et leurs particularités techniques distinctes.

Matériaux et composantes d'un drône

  • Bois

Le bois est un bon matériau puisqu'il n'est pas cher comparativement aux autres matériaux disponibles sur le marché. Ce matériau permet de réduire considérablement le temps de construction. De plus, le bois s'avère un matériau très rigide et solide qui permet une bonne résistance aux chocs. Par ailleurs, en cas de bris des composantes ou besoins de remplacements des pièces (après accident ou autre), le bois s'avère être un matériau qui est relativement facile à remplacer. Pour assurer une bonne durée de vie des composantes en bois, il est nécessaire de les enduire d'une couche protectrice (peinture ou autre), afin de retarder, voire éliminer, les chances de déformation ou de torsion de la matière.

  • Mousse

La mousse est rarement utilisée comme le seul matériau lors de la conception d'un châssis de drone. Elle sert plus souvent comme structure de renfort. Effectivement, la mousse peut servir de protection pour les hélices, de formes squelettiques internes, de protection au train d’atterrissage ou même d'amortisseur. Par ailleurs, il existe une multitude de types de mousses. C'est pour cela qu'il est très important de procéder à des tests de contrôle afin de valider la pertinence de l'utilisation de la mousse à l'endroit appliqué.

  • Plastique
  • Aluminium

Souvent utilisé pour la fabrication de pièces mécaniques ou pour le châssis, l’aluminium a un historique riche dans le domaine aéronautique. L’utilisation de cet alliage est intéressante pour plusieurs raisons. Premièrement, il est facile de s’en procurer en plus d’être relativement peu dispendieux. De plus, ce métal, considéré souple, est facilement modifiable (pliage, usinage, perçage, coupe, etc.) et il a tendance à plier au lieu de casser lors d’impacts. L’aluminium est un matériau durable, cependant plus lourd que certains matériaux utilisés pour des applications similaires dans l’univers du drone comme la fibre de carbone ou le G10. Il existe une grande variété de ce matériau, certains sont plus souples et d’autres plus résistants. Il est important de connaître la fonction de la pièce avant de choisir le type d'aluminium pour faire un choix éclairé. Ce matériau est aussi un excellent conducteur électrique, ce qui est important à prendre en considération pour la protection des composantes électriques et électroniques. [8] [9]

  • La fibre de verre(G10)

Ce matériau peut s’apparenter à la fibre de carbone au niveau de la fabrication, cependant il est beaucoup moins résistant et moins onéreux. Il s’agit d’un amalgame de bandelettes de fibre jointes avec de l’époxy pour créer une coque solide. Il est plus lourd, plus mou et fragile que le carbone. De plus, il est facile à couper, mais il reste cependant difficile de le réparer. Il existe plusieurs variantes comme le G10 qui est considéré comme la version la plus efficace de la fibre de verre pour une application au niveau des drones. Le G10 a des propriétés et une esthétique comparable au carbone en étant moins dispendieux. [10] [11]

  • Carte de circuit imprimé (PCB)
  • Fibre de carbone

Moteur

La majorité des drones est motorisée par des propulseurs à énergie fossile ou électrique. Les moteurs électriques sont toutefois ceux qui sont le plus souvent utilisés. Les nouveaux aimants en néodyme et les moteurs asynchrones ont révolutionné le design des petits drones dans les dernières décennies.[12] Les moteurs à courant alternatif (moteurs brushless) équipent la majorité des drones. Les moteurs à courant continu (moteurs brushed) sont utilisés pour des drones de très petite taille (<100mm). Le rendement de ces moteurs est exprimé en Kilo Volt (KV), cette unité correspond au nombre de tours par minute (rpm) que peut effectuer un moteur pour un volt fourni par la batterie. Plus le KV d'un moteur est élevé (±2000KV), plus le moteur sera nerveux (FPV racing, vol accro, etc...). Inversement, si le KV d'un moteur est faible (±1000KV), celui-ci aura beaucoup plus de couple et permettra un vol stable (prise de vue aérienne, etc...) [13]

ESC

L'ESC (Electronic Speed Control) est un circuit imprimé qui permet de faire la liaison entre les informations envoyées par la carte de vol et le moteur. Ce composant n'est utilisable que dans le cas où le drone est équipé de moteurs brushless. Le principe de fonctionnement est similaire à celui du transistor ; une information numérique est envoyée à travers un signal de faible puissance de la carte de vol à l'ESC qui lui, va convertir ce signal et agir comme un interrupteur en laissant passer la puissance commandée par la CV entre la batterie et le moteur. [13]

Bloc d'alimentation

La source d'alimentation est l'une des composantes les plus importantes à tenir compte lors de la conception d'un drone. Une bonne sélection est importante afin de s'assurer du fonctionnement adéquat du drone (pour maximiser son temps de vol, ainsi que la qualité de vol). Tout d'abord, la sélection de la batterie d'un drone repose sur plusieurs facteurs, comme la grandeur du drone, le poids, le type de moteur et la quantité de moteurs utilisés. Suite à cela, il devient possible de déterminer la quantité de batteries, ainsi que la capacité et le type de batteries qui convient le mieux à l'appareil. [14]

  • Maintenance et soins des batteries

Achat: Lors de l'achat de batteries, chaque cellule a une valeur approximative de 3.8/3.85 V. Cette valeur représente 40% de sa charge totale. En effet, au cours des années, les manufacturiers de batteries ont constaté que celle-ci était la meilleure valeur pour optimiser l'entreposage des batteries sur une longue période de temps.

Lors des premières utilisations de l'appareil, il est fortement conseillé de conduire le drone doucement, ainsi que de ne pas aller plus bas que le point de 50% de charge des batteries. Ceci aide les batteries à former et maximiser la composition interne des batteries, pour ainsi assurer la prolongation de leur durée de vie. Après plusieurs utilisations, il ne s'avère pas inhabituel de remarquer une légère hausse de la performance des batteries, ce qui est un signe que les batteries sont prêtes pour une utilisation normale. [15]

  • Éléments chimiques

Aujourd’hui, la plupart des batteries utilisées dans les drones sont des batteries au polymère de lithium (LiPo). Cependant, il existe, sur le marché, plusieurs batteries plus exotiques comme les batteries lithium-manganèse, ainsi que diverses variations de lithium. Par contre, l'utilisation de batteries au plomb (densité d'énergie de 40-50 Wh/kg) et de batteries NiMh/NiCd n'est pas une option. Effectivement, celles-ci s'avèrent trop lourdes pour leur capacité d’alimentation et ne peuvent fournir les débits élevés de décharge nécessaire afin de maintenir et préserver un niveau de vol acceptable. Néanmoins, les batteries au LiPo offrent une capacité élevée (140-170 Wh/kg) avec un poids trois fois moins élevé, donc des débits de décharge plus élevés. Malheureusement, les batteries au lithium présentent des inconvénients, soit : le coût (qui est relativement plus élevé que les autre types de batteries) et tout ce qui concerne la sécurité en vol continu.

  • Tension

Vous devriez n'avoir besoin d’envisager qu’un seul bloc batterie pour votre UAV. La tension de cette batterie doit correspondre aux moteurs que vous choisissez. Presque toutes les batteries utilisées ces derniers temps sont à base de lithium et intègrent un certain nombre de cellules de 3,7 V, où 3,7 V = 1S. Par conséquent, une batterie qui est marquée comme 4S fait probablement 4 x 3,7 V = 14,8 V nominal. Fournir le nombre de cellules vous aidera toutefois à déterminer le chargeur à utiliser. Une batterie à cellule unique de haute capacité peut physiquement se voir un peu comme une batterie multi-cellulaire de faible capacité. [16]

  • Capacité

La capacité d’un bloc de batterie se mesure en ampères/heure (Ah) ou milliampères/heure (mAh). Pour les drones de petite taille, la capacité des batteries se retrouve souvent dans l'ordre de 2 à 3 Ah (2000 à 3000 mAh). Il est donc possible de faire un lien entre la capacité de la batterie et le temps de vol du drone. Effectivement, plus la durée de vol d'un drone est longue, plus la capacité de la batterie est élevée. Par contre, il faut tenir compte que plus la capacité de la batterie est élevée, plus que le bloc de batterie est lourd, ce qui peut aussi diminuer le temps de vol, ainsi que les performances du drone. Le temps de vol normal d'un drone varie entre 10 à 20 minutes. [17]

  • Alimentation par énergie solaire

Fonctionnant à l'aide de cellules photovoltaïques, ce type d'alimentation permet d'augmenter considérablement la durée de vol du drone. Actuellement, le réseau social Facebook[18] a réussi, en juillet 2016, le premier test à taille réelle de son drone Aquila. À terme, l'appareil, d'une envergure de 42 mètres, aurait une autonomie de trois mois.

  • Taux de décharge

Un drone est alimenté par une batterie LIPO (lithium polymère). La batterie LIPO, qui est un accumulateur électrochimique, produit de l’énergie électrique par un processus chimique réversible.

  • Sécurité

Les batteries LIPO ne sont pas totalement sûres, car elles contiennent de l’hydrogène gazeux sous pression et ont tendance à brûler et/ou exploser quand il y a un problème. C’est pourquoi, si vous avez des doutes sur le bloc batterie que vous détenez, NE le branchez PAS sur l’UAV (L’industrie mondiale des aéronefs téléguidés) ni même sur le chargeur. Faites une croix sur lui et débarrassez-vous-en proprement. Quelques signes peuvent indiquer que quelque chose ne va pas, comme des bosses ou une batterie plus grosse qu’elle ne l’était lorsque vous l’avez reçue (ce qui peut indiquer des fuites de gaz). Lors du chargement d’une batterie LIPO, il est préférable de la conserver dans un sac sécuritaire LIPO. Stocker une batterie se fait également idéalement dans un sac LIPO, conçu à cet effet. En cas d'écrasement, la première chose que vous devez faire est de débrancher et de vérifiez le bloc batterie. Placer le bloc batterie dans un compartiment entièrement clos peut ajouter au poids, mais peut réellement aider à conserver votre batterie de façon sûre en cas d'écrasement. Certains fabricants de batteries vendent des batteries avec et sans boîtier rigide.[19]

  • Chargement

La plupart des batteries LIPO ont deux connecteurs : l’un est destiné à être le fil principal « de décharge » qui peut gérer un courant élevé, tandis que l’autre, normalement le plus petit et le plus court, est le connecteur de recharge. Ce connecteur de recharge est presque toujours un connecteur JST blanc doté d’une broche de terre suivi du même nombre de cellules utilisées pour créer le bloc. C’est ce que vous raccordez au chargeur LIPO qui prend alors soin du chargement (et de l’équilibrage) de chaque cellule interne. Le chargeur signalera que le rechargement est terminé et, étant donné les problèmes de sécurité avec des batteries LIPO, il est conseillé de débrancher le bloc batterie et le chargeur lorsque la charge est complète. [20]

  • Montage

Le bloc batterie est l’élément le plus lourd sur l’UAV et, en tant que tel, doit être placé sur le point mort pour s’assurer que les moteurs sont tous soumis à la même charge. Une batterie n’inclut aucun montage spécifique (en particulier en raison des vis qui pourraient percer la LIPO et provoquer un incendie), de sorte que certaines méthodes de montage actuellement utilisées impliquent des bandes Velcro, du caoutchouc, et des compartiment en plastique, entre autres. Avoir le bloc batterie suspendu sous le châssis grâce à l’utilisation de Velcro est très populaire en raison de l’accessibilité.[21]


Capteur

La quantité d'information qu'un drone peut traiter de façon autonome est impressionnante. Ses capteurs sont, en ce sens, l'élément clé de la récolte d'information. Ils peuvent être sous formes diverses telles que des caméras visibles, des caméras infrarouges, LADAR, SONAR, GPS, accéléromètres, matrices acoustiques, ou tout autres systèmes basés sur Bluetooth, Wi-Fi ou autre. Tous les types de capteurs ont des forces et faiblesses. Par exemple, le GPS est facile d'utilisation, mais il ne peut que communiquer avec les satellites lorsqu'il est à l'extérieur, tandis que LADAR fonctionne très bien à l'intérieur, mais il est très lourd et son prix est très élevé. C'est donc en faisant des combinaisons de ces technologies que les résultats obtenus seront optimisés. [22]

Hélice

Une hélice est une composante nécessaire à tout appareil destiné à se propulser dans les airs. Celle-ci est composée de plusieurs pales disposées de façon répartie autour d’un axe. Lorsque cet axe entre en rotation, les hélices distribuant l’air, de l'avant vers l'arrière, perpendiculairement au plan de rotation, permettent le déplacement de l’appareil. Il en est de même pour les drones. (deux hélices ayant un sens de rotation dit horaire et deux hélices à sens anti-horaire) On retrouve sur le marché plusieurs types d’hélices, de plusieurs dimensions, ainsi que dans divers matériaux. La qualité de celle-ci, ainsi que leur matériau de fabrication, influencera le prix. Voici quelques exemples de ce qui se retrouve sur le marché.

  • Plastique

Le plastique peut être avantageux dans certains cas, car il permet des hélices légères et souples, en plus de rendre son prix très compétitif. Par contre, le plastique, étant moins rigide que d'autres matériaux, peut rendre les hélices plus fragiles.

  • Plastique renforcé au carbone

Le plastique renforcé au carbone comporte un bon compromis entre le plastique et le carbone. Le carbone permet d'augmenter la solidité du plastique et ainsi accroître la qualité des hélices. Ce matériau permet également un bon rapport qualité/prix.

  • Fibre de carbone

La fibre de carbone est un matériau permettant des hélices de qualité. Elles sont très légères et plus rigides que celles en plastique, par contre le prix est plus élevé.

  • Bois de hêtre

Le bois d’hêtre peut être une alternative plastique classique, mais de meilleure qualité, car elles sont plus rigides et plus légères.


Relation entre les hélices, le moteur ainsi que la batterie

Il est important également de considérer la relation entre les hélices du drone et le moteur de celui-ci. Tout d’abord, il est important au préalable de choisir le type d’application du drone, car tout dépendant celle-ci, le choix des hélices variera. Il est important de comprendre qu’un drone spécialisé dans un domaine bien spécifique sera davantage performant qu’un drone polyvalent. (voir section sur les types de drones)

Tout d'abord, sélectionner le type de vol au préalable, soit nerveux (sportif, acrobatique, vitesse), polyvalent, stable (balade, prise de vue, FPV). Ensuite, il sera plus facile de choisir des hélices adaptées à l’utilisation du drone. Il y a deux valeurs à considérer quant aux caractéristiques techniques des hélices en dehors du type de matériaux. Premièrement, la longueur des pales, et deuxièmement, le pas démométrique ; ces deux facteurs seront exprimés en pouces.


Pas d’une hélice

Le pas d’une hélice est la distance que celle-ci parcourt en faisant un tour complet sans « glisser », soit en gardant une trajectoire linéaire. Cette donnée peut varier selon le nombre de pas de celle-ci ainsi que du poids de drone et certains facteurs naturels tels que la pression atmosphérique.

Pas atmosphérique

Il s'agit de la valeur théorique et flexible, soit le pas effectif, qui est le pas réel.


Notions appliquées au vol

Grande Hélice = beaucoup de portance – vol stable, mais nécessite beaucoup de puissance pour faire un tour entier – grande importance du moteur

Petite hélices = peu de portance – vol moins table, mais nécessite beaucoup moins de puissance pour faire un tour entier – moteur plus faible.


La taille de l’hélice va varier selon la portance dont on a besoin, soit la masse à faire voler.

Petit pas = plus grande traction à faible vitesse, vitesse maximale limitée. Grand pas = plus petite traction à faible vitesse, vitesse maximale élevée.

Petit pas = plus grande traction à faible vitesse, mais vitesse maxi limitée. Grand pas = plus petite traction à faible vitesse, mais vitesse maxi élevée.


La taille du pas géométrique variera selon la vitesse que l’on désire attendre. D’autre part, les moteurs et la batterie détermineront la durée du vol. Ils sont donc très importants et doivent être pris en compte en parallèle avec le choix des hélices.


Technique pilotage voir : http://www.tomsguide.fr/article/guide-achat-drone,2-1631.html

Logiciel

Le logiciel est l'outil qui permet à l'utilisateur de programmer des actions afin que le drone les exécute. Plusieurs logiciels existent pour plusieurs fonctions, telles que filmer, recueillir des distances, parcourir une certaine zone établie, etc. [23]

Contrôleur/Interface

Pièces

On peut facilement créer un drone de type DIY (do it yourself ) en utilisant des pièces existantes ou en se les procurant sur Internet.

Drones disponibles sur le marché

Drones disponibles sur le marché
Nom Cheerson CX-10 Cheerson CX-10C Hubsan X4 H107C Horizon Hobby Blade Inductrix Parrot Rolling Spider Hubsan X4 FPV H107D Dobby Zerotech Dobby Parrot BeBop DJI Phantom 4 Ehang Ghostdrone 2.0 Yuneec Typhoon H Xiaomi Mi Drone Parrot Bebop 2 3Drobotics Solo
Prix ($) 25,99 36,99 63,63 130,50 129,99 149,99 500 399,99 1499,99 899,95 1349,99 469 899,99 1455,20
Taille de moteur à moteur (cm) 4,5 4,5 8 6,3 8,5 8 16,5 28 32 35 48 43 29 41,5
Poids avec batterie (g) 12,3 14,9 36,4 19 46 52 199 390 1397 1150 1695 1335 500 1800
Diamètre des hélices (cm) 3 3 5,5 3 6,5 5,5 7,7 12,7 24 22 23 25 15 25,4
Nombre d'hélices 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 6 4 4 4
Batteries (mAh) 100 120 240 150 550 380 970 1200 350 4500 5400 5100 120 5200
Autonomie constatée (minutes) 4 2,5 8 4 8 6 6 12 25 25 25 27 25 20
Caméra intégrée non non stabilisée, 480p, 30 fps non stabilisée, 720p non oui non stabilisée, 240p, avec retour vidéo 4K, non stabilisée / 1080p, stabilisée, avec retour vidéo stabilisée, 1080p avec retour vidéo 4K/30fps et 1080p/60fps, stabilisée 4K/30fps et 1080p/120fps, stabilisée 4K/30fps et 1080p/60fps, stabilisée 1080p/60 fps, stabilisée 1080p, avec retour vidéo, stabilisée GoPro stabilisée, avec retour vidéo smartphone ou tablette
Radiocommande (GHz) 2,4 2,4 2,4 2,4 smartphone / tablette 2,4 avec écran vidéo smartphone smartphone / tablette / 2,4 et 5 2,4 smartphone avec écran intégré smartphone / tablette / 2,4 et 5 2,4
Portée (m) 20 20 50 50 20 40 (avec vidéo) 40 300 à 2km en fonction de la radiocommande 3,5km 1km 1,6 km 600 300 à 2km en fonction de la radiocommande 1 km


Applications

Auparavant un intérêt très marginal, les drones trouvent de plus en plus d'applications où leur programmabilité, leurs capacités optiques et leur coût moindre sont source d'innovation. Bien que disponibles depuis un certain temps (usages militaires), les progrès des technologies de l'information et de la communication (TIC) ont permis aux drones personnels de se développer rapidement [24]. Ceci a permis à des organisations privées (journalistes, cinéastes, agriculteurs, etc.) ou des chercheurs (géographes, océanographes, etc.) de substantielles économies et de nouvelles activités lucratives. Pour approfondir le sujet, voir la page Applications pratiques.

Enjeux opérationnels, techniques, juridiques et éthiques

Perspectives juridiques aux États-Unis:

En février 2012, le Congrès des États-Unis a approuvé l'acte de modernisation et réforme de la Federal Aviation Administration (FAA) créant par la suite une première feuille de route pour le développement d'un cadre régulateur pour les différents types d'utilisation de drones dans l'espace aérien du pays. En poursuivant la régulation de l'utilisation de drones à des fins commerciales, la FAA a introduit, en 2013, une deuxième feuille de route intitulée “Integration of Civil Unmanned Aircraft Systems (UAS) in the National Airspace System (NAS) Roadmap". Celle-ci permet, cette même année, les premières utilisations de drones à des fins commerciales[25].


Perspectives juridiques au Canada:

L'utilisation grandissante de véhicules aériens non habités, connus sous le nom de UAV (Unmanned aerial vehicle) en fait un secteur en pleine évolution dans le domaine de l'aviation. Il existe donc des défis reliés à la réglementation de l'intégration de la sécurité dans l'espace aérien canadien.

L’utilisation des drones est réglementée par le biais du Règlement de l’aviation canadien (RAC) et de la Loi sur l’aéronautique dont cette dernière s’applique à l’ensemble des produits, installations et services aéronautiques, y compris les aéroports.

Avant de faire voler un drone, il faut être conscient des règles et les suivre. Autrement, il est possible de mettre des vies en danger, de s'exposer à des amendes pouvant aller jusqu'à 25 000$ ou à une peine d'emprisonnement ou les deux. L’application des dites lois est supervisée par Transport Canada qui possède une compétence générale en ce qui concerne l’utilisation de véhicules aériens non habités.

  1. Utiliser un drone de façon sécuritaire et légale

[2] Si un drone est utilisé à des fins récréatives et que celui-ci pèse 35 kg ou moins, voici ce la liste de choses à considérer pour effectuer un vol sécuritaire. Pour ce type de drone récréatif (modèle réduit d'aéronef), aucune permission spéciale n'est requise de Transports Canada.

Ce que vous devez toujours faire;

  • Utilisez votre drone le jour et lorsqu’il fait beau.
  • Gardez votre drone dans votre champ de vision, sans avoir recours uniquement à une caméra, à un moniteur ou à un téléphone intelligent fixé à l’appareil.
  • Avant le décollage, assurez-vous que votre drone peut être utilisé en toute sécurité. Les piles ou les batteries sont-elles pleinement chargées? Fait-il trop froid?
  • Respectez la vie privée des autres : évitez de survoler des propriétés privées et de prendre des photos ou de faire des vidéos sans permission.

Ce que vous ne devez jamais faire;

  • N’utilisez pas votre drone dans les nuages ou du brouillard.
  • N’utilisez pas votre drone à moins de 9 km (5 NM) d’un aérodrome (tout aéroport, héliport, hélisurface, hydrobase).
  • N’utilisez pas votre drone à plus de 90 m (300 pieds) d’altitude.
  • N’utilisez pas votre drone à moins de 150 m (500 pieds) de personnes, d’animaux, de bâtiments, de structures ou de véhicules.
  • N’utilisez pas votre drone dans des zones peuplées ou à proximité d’une foule, par exemple, pendant des activités sportives, des spectacles, des festivals ou des feux d’artifice.
  • N’utilisez pas votre drone à proximité de véhicules en mouvement, d’autoroutes, de ponts, de rues achalandées ou de tout autre endroit où

vous pourriez mettre les conducteurs en danger ou les distraire.

  • N’utilisez pas votre drone dans un espace aérien réglementé ou contrôlé, par exemple, à proximité ou au-dessus de bases militaires, de prisons ou de feux de forêt.
  • N’utilisez pas votre drone dans une zone où vous pourriez nuire au travail de premiers intervenants.


  1. 2 Obtenir un permis pour faire voler un drone

[3] Si un drone est utilisé à des fins de recherche et de travail et que celui-ci pèse plus de 35 kg, (aussi connu sous le sigle UAV dans la loi). Il est nécessaire d'obtenir un certificat d'opérations spécialisées (COAS). [4]

Une révision de la réglementation est prévue cette année (2017) par Transports Canada. Ces nouvelles règles visent à mettre fin aux vols illégaux en instaurant une réglementation plus souple permettant aux entreprises d'opérer plus librement. Transports Canada devrait ainsi modifier la réglementation entourant les drones de moins de 25 kilogrammes et avec lesquels les pilotes doivent garder un contact visuel. [5]


Perspectives juridiques en France:

Le cadre juridique applicable aux drones comprend, à la fois, des dispositions administratives, des aspects de droit civil, notamment, de responsabilité civile délictuelle ou contractuelle, ainsi que des éléments de droit pénal.

Leur application dépend à la fois de leur bonne connaissance par les pilotes, et des moyens de contrôle mis en œuvre. La législation fait la différence entre les usages de loisirs et les usages professionnels.

En France, l'utilisation des drones est encadrée, d'une part, par le Code de l'aviation civile et par le Code des transports et, d'autre part, par deux arrêtés spécifiques, en date du 11 avril 2012. Le premier traite de la conception et de l'utilisation des aéronefs civils qui circulent sans aucune personne à bord ; le second est relatif à l'utilisation de l'espace aérien par les aéronefs qui circulent sans personne à bord.[26]

Pour approfondir le sujet, voir la section Réglementation de la page Wikipédia associée au Drone.


Vie privée

Grâce à leur grande mobilité, les véhicules aériens sans pilote (UAV) se dévoilent être des outils de surveillance hautement efficaces. Ceux-ci peuvent aisément recueillir de l’information sur le déplacement de différents véhicules et piétons. Il leur est possible d’établir des portraits d’individus se situant à plusieurs kilomètres. Il existe aussi différents systèmes pouvant être installés sur les UAV qui permettent de voir à travers les murs. Leurs présences dans les lieux publics pourraient porter atteinte à la vie privée des individus. D’autant plus que ces véhicules sont très subtils et peuvent ne pas être remarqués. Il peut être actuellement inquiétant pour un citoyen de remarquer un tel véhicule en raison de leur rareté et de la méconnaissance du phénomène. Actuellement, au Canada, les UAV de surveillances sont principalement utilisés pour venir en aide aux policiers. [27]


Contremesures de drones

De plus en plus présents dans notre société, les drones peuvent parfois porter atteinte à notre vie privée. En effet, de nombreuses vedettes et même citoyens sont victimes d’espionnage de la part de drones. Certaines contremesures proposent une alerte lorsqu’un drone est en approche tandis que d’autres dispositifs proposent la capture de drone. Enfin, il s’avère que l’une des mesures les plus efficaces se situerait plutôt au niveau de la législation entourant les drones.

  • Blocage de signal

Cette technique antidrone consiste à bloquer la radiofréquence ou le signal GPS du drone. La technique utilise les microdrones qui sont contrôlés via une unité de contrôle radio de base. Ils sont également équipés de radios GPS qui leur permettent de naviguer de manière autonome, si nécessaire. Il est également possible d'acheter ou de construire un brouilleur de radiofréquence. Ensuite, il est possible de numériser les fréquences pour déterminer qui utilise le drone et le bloquer. Enfin, une autre méthode consiste à inonder le spectre RF entier. Il est absolument illégal de faire quelque chose comme ça aux États-Unis et Canada (d'autres pays ont des lois similaires). Vous pourriez interférer avec des services légitimes tels que la radio de la police, 9-1-1, les communications par téléphone cellulaire, Wi-Fi et plus encore.[28]

  • Détection

Chaque drone produit un son unique quand il vole, sa signature. La compagnie DroneShield propose un petit appareil rectangulaire jumelé à un certain nombre de microphones, celui-ci écoute les sons d’ambiance et les vérifie contre une base de données de signatures connues. S'il y a une correspondance, cela signifie qu'un drone est détecté. Le périphérique envoie un texte ou un courrier électronique pour avertir l'utilisateur de la proximité du drone. En fonction du niveau de bruit ambiant et des microphones utilisés, l'appareil peut détecter des drones de 150 mètres à un kilomètre. Dans le même principe, la compagnie Domestic Drone Countermeasures, une société américaine, fabrique un dispositif qui repose sur les transmissions radio entre le drone et le pilote pour la détection.[29]

  • Tir de drones

Tirer des drones n'est pas inconnu, et en effet, une petite ville du Colorado a même envisagé de mettre une prime sur les drones. Mais, c'est rarement une bonne idée de tirer du fusil dans les airs. Les villes et les municipalités ont des lois contre la décharge illégale d'armes à feu (même au Texas). Le fait est que, même un grand drone de type « octocopter » va présenter une cible difficile et rapide. Donc, sauf si vous êtes un tireur hors pair, ou incroyablement chanceux, vous risquez probablement de gaspiller des munitions ou encore mettre en danger la vie d’autrui. La compagnie Droneshield vend des pistolets nets qui peuvent capturer un drone en jetant un filet autour d'elle, cela ne fonctionne qu'à une distance très proche. Les drones peuvent être faciles à détecter, mais ils sont beaucoup plus difficiles à arrêter.[30]

  • Législation

Pour l'instant, les ententes et solutions les plus pertinentes entourant les drones est entre les mains des législateurs. En effet, Amazon a récemment exprimé leur impatience pour la manière lente dans laquelle la FAA a procédé pour aborder les drones dans l'espace commercial. Pendant ce temps, les États adoptent leurs propres lois ou forment des comités pour résoudre des problèmes d'UAV réels ou potentiels. En 2014 seulement, 35 États considéraient des projets de loi et des résolutions concernant les drones dont 10 États ont promulgué de nouvelles lois. Dans certains cas, des lois sont adoptées pour protéger les citoyens contre le harcèlement. Au Nevada, la législation proposée criminaliserait de prendre une photo clandestine d'une personne dans un environnement privé. Au Canada, dans un courrier électronique, Transports Canada a réitéré que tous les opérateurs de véhicules aériens (UAV) doivent se conformer à la loi, en écrivant: «Si une personne croit que sa sécurité est en jeu, elle peut déposer un rapport à Transports Canada».[31]

Bien qu'il existe des moyens efficaces de perturber un drone, comme le brouillage de ses fréquences de sorte que le pilote ne peut plus le piloter, la plupart des méthodes restent illégales ou peu efficaces. L'alternative la plus pertinente se situerait alors au niveau de la législation.

Risques et dangers

Accidents de drones

Si les incidents demeurent assez rares, leur nombre a augmenté ces dernières années à mesure que ces engins se démocratisent. En effet, plusieurs y voient des occasions d'affaires ou un nouveau loisir. Mais tous ne savent pas que l'utilisation de ces engins, surtout dans des zones urbaines, vient avec une connaissance technique et juridique.

Entre janvier 2000 et mars 2015, il y a eu 63 incidents ou accidents concernant les drones au pays, selon les données de Transports Canada et du Bureau de la sécurité des transports (BST) compilées par Radio-Canada. C'est à Vancouver et à Toronto qu'il y a eu le plus grand nombre d'incidents impliquant des drones. À Vancouver, il y en a eu onze. Ainsi, en septembre 2014, un petit avion commercial a évité un drone « de justesse » à 1200 pieds au nord du secteur de Grey Point. À Toronto, les sept incidents se sont produits dans le secteur de l'aéroport. Et l'identité des pilotes de ces drones n'est pas connue, selon les données de Transports Canada et du BST.[32]

Cependant, la faute ne revient cependant pas seulement qu’aux pilotes de drones. En effet, la technologie demeure un facteur important à considérer lors des accidents de drones. En outre, le plus souvent, l’écrasement est associé à une perte de communication ou de signal radio entre le drone et les contrôles. Cependant, les écrasements de drones restent un domaine assez incompris notamment du à son manque d’accessibilité des rapports et informations concernant les écrasements.

Une équipe d'universitaires australiens a tenté de remédier à ce manque d'information. Dirigé par Graham Wild, conférencier principal de l'aviation à l'Université RMIT à Melbourne, en Australie, ils ont passé en revue un échantillon de 152 rapports d'évènements de drones à l'échelle mondiale entre 2006 et 2015.[33] "Si nous voulons que l'aviation des drones soit aussi sure que le transport aérien, nous devons signaler les accidents" a expliqué Wild. Tout comme le domaine de l’aviation le fait lors de vols.

"Si vous étiez à un aéroport et que c'était purement la décision du pilote de savoir si l'avion était prêt à voler ou non, cela entrainerait un très grand nombre de problèmes", a-t-il souligné. «Le pilote n'est pas techniquement qualifié pour être l'ingénieur de maintenance d'un avion et la plupart des opérateurs de drones ne sont pas qualifiés pour évaluer la navigabilité de leur avion. À son avis, la formation des opérateurs de drones afin d’en évaluer la navigabilité serait une étape utile. Si vous avez un drone multi-rotor, par exemple, il faudrait examiner l'équipement pour les fissures après un atterrissage plus brusque, ou en vérifier les moteurs et la stabilité de l’appareil. En outre, les usagers doivent être mieux informés et encadrés quant à l’entretien et la technicité de leurs appareils volants. Enfin, les accidents et défectuosités lors de vols devraient être mieux reportés et analyser. Notamment dans une optique d’amélioration et d’éducation de la communauté des pilotes qui ne cesse de s’agrandir.

Bird strike

À la base associé au domaine de l’aviation, le terme «Bird Strike» ou risque aviaire (en français) représente l'interférence entre les avions de ligne et les oiseaux créant ainsi un impact mortel pour l'animal. Malgré la différence de taille, ces collisions peuvent même provoquer des incidents aériens majeurs quoique très rares. Un des célèbres exemples de «Bird Strike» est sans aucun doute celui du vol numéro 1549 à bord du Airbus A320 de la compagnie US Airways et de son commandant Chesley « Sully » Sullengerger. Le commandant de bord était parvenu à poser en urgence son appareil sur la rivière Hudson dans la région de New York. En raison de son sang froid, il a sauvé la vie des 150 passagers et des cinq membres de l'équipage. Lors de cette catastrophe, le Airbus était entré en contact avec des bernaches du Canada (oies sauvages). Dans cette région, les oies sauvages sont sédentarisées dans ce paradis où il y a peu de prédateurs, de la nourriture en abondance et des terrains propices à leur bien-être.

De son côté, malgré sa petite taille, il faut savoir que l’utilisation du drone n’est pas sans risque. D'une part, volant majoritairement à basse altitude, le drone partage l’espace aérien des espèces volatiles et présente donc des risques de collisions entre les deux. Toutefois, l'interférence de trajectoire entre eux reste toujours extrêmement peu probable, mais pas impossible. De toute évidence, les conséquences ne seront pas les mêmes pour un drone que pour un avion de ligne en cas de collision. Il est un aéronef non habité et de plus petite taille. Dans ce cas, l'impact sera beaucoup plus fatal pour l'objet que pour l'animal. Il peut causer le crash de l'aéronef entraînant des dégâts considérables sur l'appareil ou la perte totale de celui-ci tout dépendant de son milieu environnement (rochers, lac, mer, etc.) et la hauteur à laquelle il volait lors de la collision. [34]

D'autres parts, l'utilisation du drone peut aussi avoir de gros risques lorsqu'il interfère avec la trajectoire des avions de ligne. Les drones sont faits de matériaux beaucoup plus denses et plus raides que les tissus mous et les muscles des oiseaux. Contrairement aux «Bird Strikes» traditionnels où les oiseaux sont seulement tranchés par les hélices des moteurs ne causant généralement aucun dommage sur l'appareil, les drones, pour leur part, peuvent engendrer des dommages immédiats comme la déformation, la fragmentation ou tout simplement la perte totale d'une ou plusieurs lames du moteur. Même lorsque les dégâts ne sont pas immédiats, l'impact du drone peut débalancer le moteur. Si le déséquilibre augmente, les lames peuvent percuter le boîtier du moteur et devenir, après un moment, un véritable danger. Il est à noter que vu l'augmentation de l'utilisation des drones dans les dernières années, une le nombre d'accidents s'est vu augmenté. En l'espace de deux ans, de 2014 à 2016, au Canada, le nombre d'incidents impliquant les drones est passé de 41 à 148.[35]. À titre d'autre exemple, en un an, en 2015 le nombre d'indicents au dessus du Royaume-Uni est passé de 29 à 70.[36]

Heureusement, les moteurs d'avions sont conçus pour résister à certains dommages causés par des objets parasites. Généralement, le boîtier est conçu de sorte qu'il peut agir comme un bouclier entre le fuselage et le moteur. Cependant, ce «bouclier» n'est pas une valeur sûre. Les moteurs modernes ne sont pas faits de manière à ce qu'ils puissent engloutir des drones. Les modèles existants ont démontré des résultats inattendus lors de collisions ; la différence peut être dramatique selon l'emplacement et l'angle de l'impact que le drone a lorsqu'il entre dans le moteur. De plus, une batterie endommagée a tendance à s'enflammer lorsqu'elle est endommagée, ce qui pourrait être catastrophique pour l'avion de ligne ainsi que pour ses passagers. [37]

Prisons

Phénomène en croissance, les drones présentent une nouvelle menace au niveau de la sécurité des prisons. En effet, les vols de drones au-dessus des prisons ont explosé depuis les dernières années. Les rapports de prisons américaines indiquent que les drones ont été utilisés 33 fois en 2015 pour faire passer des colis illégaux aux prisonniers. Il s'agit d'une augmentation de 1 550 pour cent à comparer de 2014. Les articles découverts comprennent les drones eux-mêmes, des médicaments, des téléphones mobiles et chargeurs, et les lecteurs USB. [38]

À titre d’exemple, un drone avec une charge de 216,5 grammes de drogues et de tabac est tombé au-dessus d'une cour de prison de Mansfield, Ohio en août 2015. Également en 2015, les autorités britanniques ont déjoué sept tentatives dans un délai de quatre mois pour le même type de livraison. L'Arabie saoudite a également eu des problèmes similaires avec les livraisons de drones en prison.[39]

Les colis largués par les drones sont non seulement plus nombreux, mais aussi beaucoup plus gros que dans les années précédentes, confirme le président du syndicat des agents correctionnels du Québec, Mathieu Lavoie. « Les drones transportent davantage de substances aujourd'hui qu'il y a quelques années. » En 2015, un colis saisi pouvait contenir, par exemple, deux paquets de tabac et deux chargeurs de cellulaire. En décembre dernier, un colis repéré à l'Établissement de détention de Montréal (prison de Bordeaux) transportait 48 paquets de tabac, 11 cellulaires, 10 batteries et 1 chargeur. Un autre colis saisi en novembre contenait une demi-bouteille de vodka, 63 cartes SIM, 11 cellulaires, 1 tournevis et 14 sacs de cannabis. [40]

Afin de se protéger contre les livraisons illégales avec drones, les prisons sont à la recherche d’une technologie pouvant les détecter à au moins un kilomètre, et pouvant les détruire ou les intercepter aussi près que possible. Par exemple, l’état du Maryland voudrait dépenser 1 million de dollars afin d’installer une technologie de détection de drone sur deux de ses prisons à sécurité maximale.[41]


Transport Canada

Les drones occupent une place de plus en plus importante dans le monde aérien et cela crée une menace sérieuse auprès des contrôleurs ainsi qu'à tout le personnel touché par la présence de drones dans les airs. De possibles collisions en plein vol inquiètent les pilotes et les passagers à bord. Malgré son poids plume, un drone peut fissurer un pare-brise, pénétrer un moteur ou endommager des volets. Le risque est encore plus élevé aux alentours des aéroports, lorsque les avions sont dans la délicate phase de décollage ou d’atterrissage. De plus, la plupart des drones sont indétectables par les radars et peuvent provoquer des interférences sur les fréquences radio. Le secteur aérien prend donc la menace très au sérieux, d’autant que des drones de plus en plus grands et lourds sont désormais disponibles. Le danger est encore plus grand pour les avions de loisir, plus légers, qui volent plus bas et ont donc encore plus de chances de croiser la route d’un drone. [42] À titre d'exemple, Le 8 juillet 2016, l'hélicoptère Air One de la police d'Edmonton a frôlé la catastrophe quand un drone qui volait à 450 mètres d'altitude s'est retrouvé à 15 mètres de l'hélicoptère. Ce genre d'incident se multiplie depuis quelques années avec la montée en popularité des drones. Fait étonnant, bien que les drones commerciaux doivent obéir à la réglementation de Transports Canada, ce n'est pas le cas des drones récréatifs. Jean Laroche, directeur de la recherche et du développement au Centre québécois de formation en aéronautique du Cégep de Chicoutimi, nous explique l'importance de changer la réglementation et de mieux éduquer les amateurs aux dangers que peuvent poser les drones. [43]

De nouvelles lois ont été mises en vigueur par le gouvernement canadien en date du 17 mars 2017 concernant l'utilisation de drones récréatifs. Règles applicables à l’utilisation des drones à des fins récréatives:

  • s'assurer que les coordonnées de l'utilisateur figurent sur l'aéronef
  • à plus de 90 m d’altitude
  • à moins de 75 m de bâtiments, de véhicules, de bateaux, d’animaux, de personnes, de foules, etc.
  • à moins de 9 km du centre d’un aérodrome (aéroport, héliport, hydrobase ou tout autre endroit servant au décollage ou à l’atterrissage d’aéronefs)
  • à l’intérieur d’un espace aérien contrôlé ou réglementé
  • à moins de 9 km d’un feu de forêt
  • là où il pourrait nuire au travail des policiers ou des premiers intervenants
  • la nuit ou dans les nuages
  • si vous ne pouvez pas le garder dans votre champ de vision
  • s’il n’est pas dans un rayon de 500 m par rapport à votre position
  • si votre nom, adresse et numéro de téléphone ne figurent pas clairement sur votre drone.

Tout manquement à ces règles est passible d'une amende pouvant s'élever jusqu'à 3000$. [44]

Dimensions sociales

Pour avoir un aperçu des drones tels que représentés dans les médias, voir Les drones dans la culture populaire

Drone et culture de masse

Le drone se présenterait à travers la culture du "selfie" avec le airselfie. Ce petit drone pas plus gros qu'un cellulaire et contrôlable par l'entremise d'un téléphone intelligent permettrait aux usagers de prendre des photos de point de vue impossible auparavant. Fait d'aluminium anodisé le drone pèse 52g et peut atteindre une hauteur de 20m au vol il est également munis d'une caméra vidéo de 5mp et d'une capacité de 4G de données.

Sociabilité drones et individus

La sociabilité est le compromis que les gens font pour coopérer, et il est important de noter que certains compromis de toutes les parties sont nécessaires pour la coopération. Pour permettre leur succès, les drones devront être sociaux non seulement avec les drones, mais avec les gens. En effet, les pilotes de drones devront parfois céder des espaces aux citoyens afin de leur permettre d’interagir avec leur vie et leur lieu préexistant dans l'espace public. Pour que les drones puissent être socialement efficaces dans l'espace public, le contenu de l'espace public devra également céder certaines choses aux drones. Enfin, l'espace public a été établi il y a longtemps et perturber un système en place n'est pas aussi simple que de simplement voler un drone quand on veut, où l'on veut.[45]

Cette idée de compromis devra s’inscrire dans la formation de pilote de drone de livraison pour s'assurer que les piétons, les cyclistes, les conducteurs et ceux qui utilisent les voitures, les poussettes, les chaises roulantes, les scooteurs, les motos seront protégés contre les vols bas, bruyants ou hors de contrôle. Cela nécessitera une coopération des pilotes drone, qui n'ont actuellement aucune incitation légale à être social avec les drones lorsqu'ils interagissent dans l'espace public. En outre, l'égalité des quartiers et des itinéraires doit être considérée, car les drones de livraison pourraient potentiellement favoriser les quartiers à faible revenu pour les routes commerciales créant une brume visuelle et sonore dans les bidonvilles tout en restant agréable et clair dans les banlieues, et négligeable dans les zones plus bourgeoises. Cela pourrait créer des conflits entre les groupes socioéconomiques dans les communautés.[46]

En plus des drones coopérants et étant social avec les gens, les gens devront être eux aussi sociaux avec les drones. En effet, les gens ont commencé à tirer sur des drones qui, selon eux, empiètent sur leur vie privée. Une compagnie d’armement du nom de Snake river shooting, a développé des munitions vendues dans des magasins d'armes à feu. Appelés munitions drone, ceux-ci sont vendus comme étant une première ligne de défense contre l'invasion du drone à la vie privée et à la sécurité. Snake River Shot affirme que les munitions pour drones offrent une garantie de haute qualité qui neutralisera efficacement un drone lorsque celui-ci empiète sur l'espace de votre propriété. Enfin, ce type de situation démontre bien le manque de compréhension et de coopération envers les drones et les citoyens. Afin de résoudre cette problématique, il faudra inclure toutes les parties venant interagir avec les drones, afin d’y designer des solutions viables et socialement acceptables pour tous.[47]

Impacts sociaux de la livraison par drone dans les communautés

La livraison à l’aide de drones peut être perçue comme positive notamment par son avantage d’arriver rapidement. Cependant cette technologie à chassée l’humain du processus de livraison et a accru la distance entre les gens en éliminant l’opportunité de relations entre eux. En effet, les livreurs en savent souvent beaucoup sur les états des communautés au travers leurs relations qu’ils entretiennent avec leurs clients. L’information récoltée par le livreur se situe notamment par la connaissance des contextes des municipalités, incluant les connaissances des relations locales et de la communauté. Avec l’arrivée des livraisons à l’aide de drones, ces relations ne seront plus aussi bien maintenues et la cohésion qu’un livreur apportait sera perdue. En effet, les drones ne seront pas capables d’y recueillir ce genre d’information. Ainsi, le passage vers ce nouveau type de livraison pourrait accroitre la fragmentation des personnes les unes envers les autres dans leur communauté locale du fait que les livreurs, avec leurs connaissances contextuelles locales, seront remplacés.[48]

Sociabilité entre drones

En l'absence de tour de contrôle, les drones devront être sociaux entre eux, comme les véhicules autonomes devront également être sociaux les uns avec les autres. Dans l'espace public, il se doit de coopérer afin d’éviter les chevauchements sur les aires de passage. Sinon quoi, ceci pourrait entrainer des accidents multidrones. Les drones de livraison devront par exemple devront communiquer leur position et leur emplacement et négocier pour l'espace, de la même manière que les pilotes d'avion doivent le faire lors d’un vol.[49]

les drônes, un outil à la compréhension de la faune?

Notes et références

  1. Étymo...logique!. (2017). Le site qui vous aide à comprendre le vrai sens de votre patronyme, drone. Récupéré le 11 février 2017 du site :http://www.etymo-logique.com/le-mot-du-jour/drone/
  2. Futura Sciences, (2017). Définition ; Drone. Repéré sur le site : http://www.futura-sciences.com/sciences/definitions/aeronautique-drone-6174/
  3. Futura Sciences, (2017). Définition ; Drone. Repéré sur le site : http://www.futura-sciences.com/sciences/definitions/aeronautique-drone-6174/
  4. Océane Zubeldia, Histoire des drones : de 1914 à nos jours, Librairie Académique Perrin, 2012, 238 p.
  5. Stamp, J. (2013) Unmanned Drones Have Been Around Since World War I. Repéré sur le site : http://www.smithsonianmag.com/arts-culture/unmanned-drones-have-been-around-since-world-war-i-16055939/
  6. Futura Sciences, (2017). Définition ; Drone. Repéré sur le site : http://www.futura-sciences.com/sciences/definitions/aeronautique-drone-6174/
  7. Gettinger, D. (2014). The Best Drone Books of 2014. Repéré sur le site: http://dronecenter.bard.edu/a-winter-reading-guide-to-drones/
  8. http://aeroquad.com/showwiki.php?title=Frame-Materials
  9. http://www.robotshop.com/blog/en/make-uav-lesson-2-platform-14448
  10. http://aeroquad.com/showwiki.php?title=Frame-Materials
  11. http://www.robotshop.com/blog/en/make-uav-lesson-2-platform-14448
  12. Rothstein, Adam. (2015) drone. New York: Bloomsburry. p. 60
  13. Dronelis. (2017). Le choix des moteurs et des hélices pour un drone.Repéré à http://www.dronelis.com/choix-des-moteurs-et-des-helices-pour-un-drone/
  14. "Lipo Batteries - How To Choose The Best Battery For Your Drone". DroneTrest. N.p., 2017. Web. 26 Jan. 2017.
  15. Vaszary, Z. (2017). The Ultimate LiPo Drone Battery Chargeing & Care Guide - Dronethusiast. Dronethusiast. Consulté 2 February 2017, à l'adresse http://www.dronethusiast.com/ultimate-drone-battery-care/
  16. http://www.robotshop.com/blog/fr/comment-fabriquer-un-droneuav-leon-3-propulsion-4480
  17. "Lithium Polymer Battery". En.wikipedia.org. N.p., 2017. Web. 26 Jan. 2017.
  18. Futura. (2017). Aquila, le drone solaire de Facebook, réussit son premier vol. Repéré à : http://www.futura-sciences.com/tech/actualites/drone-aquila-drone-solaire-facebook-reussit-son-premier-vol-63674/
  19. http://www.robotshop.com/blog/fr/comment-fabriquer-un-droneuav-leon-3-propulsion-4480
  20. http://www.robotshop.com/blog/fr/comment-fabriquer-un-droneuav-leon-3-propulsion-4480
  21. http://www.robotshop.com/blog/fr/comment-fabriquer-un-droneuav-leon-3-propulsion-4480
  22. Rothstein, Adam. (2015) drone. New York: Bloomsburry. p. 60
  23. Dronecode.org. (2017). Dronecode Software Platform. Repéré à: https://www.dronecode.org/dronecode-software-platform
  24. http://www.thedotpoint.com.au/2015/02/game-of-drones-is-flying-technology-the-next-fad-or-a-step-in-the-digital-revolution/
  25. Mintz, S. (2016) Legal and Ethical Concerns of Commercial Drone Use. (en ligne) Workplace Ethics Advice. Repéré à : http://www.workplaceethicsadvice.com/2016/04/legal-and-ethical-concerns-of-commercial-using-drones.html
  26. Fr.wikipedia.org. (2017). Drone. (en ligne) Repéré à: https://fr.wikipedia.org/wiki/Drone#France
  27. Commissariat à la protection de la vie privée du Canada. (2013). Les véhicules aériens sans pilote au Canada: L’utilisation croissante de véhicules aériens sans pilote dans l’espace aérien canadien suscitera-t-elle de nouvelles inquiétudes pour la protection de la vie privée?. Québec, Canada: Rapport préparé par le groupe de recherche du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada
  28. Klein, Matt. "What Do Drones Mean To The Future Of Personal Privacy?". Howtogeek. N.p., 2015. Web. 30 Apr. 2017.
  29. Chauvin, Pierre. "Can We Stop The Drones Invading Our Public And Private Spaces". The Globe and Mail 2014. Web. 30 Apr. 2017.
  30. Klein, Matt. "What Do Drones Mean To The Future Of Personal Privacy?". Howtogeek. N.p., 2015. Web. 30 Apr. 2017.
  31. Chauvin, Pierre. "Can We Stop The Drones Invading Our Public And Private Spaces". The Globe and Mail 2014. Web. 30 Apr. 2017.
  32. http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/712832/drone-canada-accident-incident-uav
  33. http://mashable.com/2016/08/24/drone-accidents-technology operators/#AX6bru2hZ5qV
  34. Jeant, D. (2016) Risque aviaire et drones ? Aerophoto-drones. Repéré à : http://aerophoto-drones.bzh/2016/10/31/risque-aviaire-drones/
  35. http://www.lemonde.fr/la-foire-du-drone/article/2017/03/17/le-canada-encadre-strictement-les-drones-de-loisirs_5096210_5037916.html
  36. http://www.lemonde.fr/la-foire-du-drone/article/2017/01/28/les-incidents-entre-avions-et-drones-ont-plus-que-double-en-2016_5070693_5037916.html
  37. Hambling, D. (2016) What Really Happens When a Drone Strikes an Airplane. Popular Mechanics. Repéré à : http://www.popularmechanics.com/flight/drones/a24467/drone-plane-collision/?src=nl&mag=pop&list=nl_pnl_news&date=122316
  38. MORIARTY, L. (2017). CRIMINAL JUSTICE TECHNOLOGY IN THE 21ST CENTURY (1st ed.). CHARLES C THOMAS.
  39. Custers, B. (2016). The future of drone use (1st ed.). The Hague: Asser Press.
  40. Perron, L. (2017). Prisons: les livraisons par drone explosent. Lapresse. Consulté à http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/actualites-judiciaires/201702/06/01-5066680-prisons-les-livraisons-par-drone-explosent.php
  41. MORIARTY, L. (2017). CRIMINAL JUSTICE TECHNOLOGY IN THE 21ST CENTURY (1st ed.)CHARLES C THOMAS.
  42. Vedrenne, G. (2016) Un avion frôle un drone : un risque de plus en plus élevé. Repéré à: http://www.europe1.fr/economie/le-risque-dune-collision-entre-un-drone-et-avion-ne-cesse-de-grandir-2684704
  43. Desjardins, R. (2016). Les risques rattachés à l'utilisation des drones récréatifs. Repéré à: http://ici.radio-canada.ca/emissions/le_cafe_show/2015-2016/chronique.asp?idChronique=413694
  44. http://www.tc.gc.ca/fra/aviationcivile/opssvs/utiliser-drone-facon-securitaire-legale.html
  45. Custers, B. (2016). The Future of Drone Use. Springer.
  46. Custers, B. (2016). The Future of Drone Use. Springer.
  47. Custers, B. (2016). The Future of Drone Use. Springer.
  48. Custers, B. (2016). The Future of Drone Use. Springer.
  49. Custers, B. (2016). The Future of Drone Use. Springer.